Extension de maison : aides et subventions à solliciter pour couvrir les travaux

Les aides financières pour une extension de maison varient selon sa nature. Lorsque cet aménagement vise une amélioration énergétique, le montant des subventions sera plus élevé.
Trois pistes sont à explorer pour couvrir les dépenses générées par un agrandissement du logement. Des organismes spécialisés proposent des subventions spécifiques. Un propriétaire peut également faire appel au PTZ ou au CITE.

Aides financières pour une extension : les subventions des organismes spécialisés

L’aménagement d’un espace supplémentaire dans le logement génère des dépenses difficiles à assumer pour les revenus modestes. Des organismes comme l’Anah versent donc des primes pour couvrir une grande partie des dépenses.

Des subventions en fonction des travaux réalisés

Pour toute rénovation de l’habitat, l’Anah propose une prise en charge des dépenses liées aux travaux. Ces subventions sont réservées aux foyers avec des revenus modestes. Chaque propriétaire doit être en mesure de faire évoluer son logement.
En fonction de la nature et du montant du devis, une aide personnalisée sera donc versée. Selon le projet, cette agence nationale de l’habitat peut apporter son soutien pour étudier sa réalisation. L’installation sera ensuite facilitée par une enveloppe financière pour tous travaux d’un montant supérieur à 1 500 euros.

Pour bénéficier de cette subvention, un dossier complet doit être transmis à l’organisme. Il détaille le projet d’aménagement via l’extension de maison ainsi que les dépenses nécessaires pour leur réalisation. Lorsque vous visez des travaux concernant l’énergie solaire ou l’amélioration énergétique, le montant de la subvention de l’Anah sera revalorisé.

Une prime pour couvrir une partie des dépenses pour une extension de maison

Le coût des travaux d’aménagement d’une nouvelle pièce de la maison sera pris en charge par cette prime. Les aides financières pour une extension de maison permettent de mettre en place une isolation dans cette nouvelle pièce. Toutefois, les propriétaires qui souhaitent s’assurer qu’ils sont éligibles doivent vérifier que la construction doit dater d’au moins 15 ans.
Les ressources du foyer ne doivent pas non plus dépasser le plafond prévu. Pour les plus modestes, le Pacte Énergie Solidarité permet de réaliser des travaux d’amélioration de l’habitat pour seulement un euro symbolique.

L’éco prêt à taux zéro pour l’amélioration de son logement

Quels que soient les travaux prévus, chaque propriétaire peut bénéficier de l’éco prêt à taux zéro. Parmi les aides financières pour une extension, ses caractéristiques sont très intéressantes.

Un prêt sans intérêts pour la rénovation de son logement

Comme son nom l’indique, le PTZ est une avance financière. Le remboursement se fait sans aucun intérêt. Avec un montant compris entre 2 700 euros et 65 100 euros, les dépenses liées aux travaux d’aménagement du logement seront prises en charge. Le remboursement s’effectue sur une durée maximale de 10 ans, afin de permettre aux foyers modestes d’étaler la dette.

Toutefois, les aides financières pour une extension sont limitées. L’éco prêt à taux zéro ne peut être accordé uniquement pour les équipements qui touchent directement le logement. Les travaux doivent avoir un autre objectif, par exemple la rénovation énergétique. Seules les personnes dont les ressources sont limitées peuvent être éligibles à ce dispositif.

Le crédit d’impôt pour l’amélioration du logement

Parmi les aides financières pour une extension de maison, le crédit d’impôt peut être sollicité uniquement si la performance énergétique globale est améliorée. L’agrandissement du logement doit donc être associé à des travaux pour changer de chauffage ou de mode de production d’eau chaude.

Des travaux réalisés par un expert RGE pour être éligibles

Le crédit d’impôt pour la transition énergétique, ou CITE, correspond à des aides financières pour une extension d’un montant de 8 000 euros pour une personne seule. Pour un couple, elles seront de 16 000 euros et chaque personne à charge supplémentaire donne droit à 400 euros supplémentaires.
Quels que soient les travaux prévus, la mise en service des équipements doit obligatoirement être opérée par un artisan RGE. Cet aspect est impératif pour s’assurer que la nouvelle solution de chauffage ou le système d’énergie solaire fonctionne de façon optimale.

En moyenne, le CITE couvre 30 % des dépenses liées aux travaux d’agrandissement, à condition que la rénovation énergétique soit satisfaisante. Pour bénéficier de cette aide, le projet du propriétaire doit concerner la résidence principale. Le dossier doit être déposé dans les deux ans qui suivent la fin de la construction.
Lors de l’instruction du dossier, la réalisation par une entreprise RGE sera vérifiée. En effet, il s’agit d’une des conditions pour percevoir ces aides. Seuls ces experts sont habilités à choisir les meilleurs matériaux pour une réelle économie d’énergie.

Dans le cadre d’un agrandissement de maison, les aides financières peuvent être cumulées sous certaines conditions. Au moment de la remise du devis, le propriétaire devra donc étudier les subventions et coups de pouce dont il peut bénéficier.